Tricot

(Shawl) Mon Cosmic Remix, NCL Knits en Big Bad Yarn

Bonjour à tous,

J’ai l’impression de commencer tous mes articles systématiquement par un point météo ! Et ce début d’article ne va pas déroger à cette règle.

Il fait encore chaud, non ? J’avoue que je commence à en avoir ras-la-casquette de ces températures élevées, même si je sais qu’on a connu bien pire cet été. Vivement l’automne, le vent et la pluie que l’on regarde tomber à l’abri derrière la fenêtre armée d’un bon thé chaud 🙂

J’ai bravé la chaleur pour photographier la réalisation dont je voudrais vous parler aujourd’hui. Heu, en fait, non, rétablissons la vérité, j’ai juste envie de me faire plaindre car en réalité il était 9h du matin quand j’ai fait mon shooting express devant le seul mur blanc de mon appart et la température était encore tout à fait acceptable pour le port d’un châle. Oups, ça y est, le sujet est lâché !

TOUTES LES PHOTOS EN BAS DE L’ARTICLE

Vous l’aurez compris, je vais vous présenter l’un de mes derniers FO tricot (« finished object » comme on dit pour faire cool dans la communauté tricot), soit un shawl, résultat d’un double test. J’ai en effet eu le plaisir pour la énième fois de tester l’un des derniers modèles de ma créatrice de patrons de tricot chouchou entre toutes/tous, Nadia Crétin-Léchenne, le Cosmic Remix (je rends ma copie avec 3 semaines de retard – la honte intersidérale). J’ai profité de ce test patron pour faire un test laine en utilisant pour ce projet les laines d’une teinturière indépendante, Imogen qui se cache derrière la marque « Big Bad Yarn« .

Je vous préviens à l’avance : je vais être absolument dithyrambique (mais toujours en restant la plus objective possible, bien sûr) sur ce double test car j’ai tout aimé dans cette expérience tricot, que ce soit le patron ou la laine. Il s’agit maintenant de mon nouvel shawl préféré (avant le suivant, of course, hein) et d’un double coup de coeur patron / laine. Un projet qui m’a définitivement réconcilié avec le tricot et qui a fait revenir le modjo ! Youhou.

Modèle et réalisation 

Le shawl du jour, c’est donc le Cosmic Remix, une ré-interprétation de l’un des modèles 2017 de Nadia : le Cosmic Girl (que j’ai réalisé deux fois – mon version test dans l’article à relire ici, si cela vous intéresse). Il met en scène la même dentelle mais avec une forme et une construction totalement différentes !

Ce modèle, en plus d’être canon, a également une vocation caritative. Nadia était la designer invitée du mois d’août par l’opération l’Echeveau solidaire. Concrètement, cela signifie que tous les bénéfices recueillis au cours du mois d’août par la vente de ce patron seront directement reversés à l’association MASFD « Vaincre la Dysplasie Fibreuse des os et le Syndrome de Mc Cune Albright » qui cherche à trouver un remède pour toutes les personnes touchées par ces 2 maladies en particulier (l’écheveau solidaire est l’une des opérations menées par cette association).

Le mois d’août se termine gentiment. Il vous reste encore quelques jours pour acquérir le patron, si cela n’est pas déjà le cas, et de faire un « petit » geste (le prix d’un patron de tricot, soit 4€ et quelques, quoi ;)) pour contribuer à cette cause qui nécessite notre aide à tous !

Au printemps, nous avons organisé avec mes copines du tricoté helvétique un swap et Nadia était ma swapeuse ! J’ai donc eu la chance de recevoir un merveilleux cadeau : l’un des proto du Cosmic Remix (photo ci-après). Autant vous dire que j’ai été tout aussi touchée qu’émerveillée quand j’ai ouvert le colis. Je l’ai vraiment beaucoup porté au printemps. Sa forme est absolument par-faite. C’est évidemment cette version qui m’a donné envie de le tester absolument. La construction de ce châle m’intriguait particulièrement et je me suis donc direct inscrite au test lorsque celui-ci s’est ouvert.

Alors, justement sa construction, parlons-en car elle est assez atypique, enfin pas de celles que j’ai l’habitude de tricoter habituellement : on commence par la pointe du triangle en point mousse en augmentant régulièrement d’une maille à chaque rang par un jeté en début de rang. Ensuite, une fois le triangle de mousse terminé, on reprend ses mailles en piquant dans les boucles formées par les jetés. On construit petit à petit la dentelle tout en continuant à augmenter à chaque rang. On finit le châle par une bordure de point mousse puis de picots et enfin, on rabat le haut. Cette construction permet notamment d’éviter la petite vague que l’on a quand on commence un shawl triangle par le milieu haut (avec l’espèce de petit carré, vous voyez ?), et c’est très appréciable.

Si sa construction est très sympa, j’ai été en revanche ultra lente pour tricoter ce shawl, ce qui explique mon (intolérable) retard pour vous le présenter ! Je l’ai commencé 3 semaines avant la deadline au début de mes vacances. Avec la chaleur, la grossesse, Erwann à gérer (les vacances avec un môme, c’te arnaque !) et un mariage la dernière semaine de juillet pour lequel je devais prononcer un discours qui m’angoissait beaucoup, j’ai en fait eu peu de temps et d’énergie pour le tricot… Je le saurais maintenant, hein, que les vacances ne sont pas hyper propices au tricot-deadline.

En plus, j’avoue que j’ai trouvé cette partie mousse, pourtant complètement no brainer très compatible avec mes neurones du moment, un peu longue. Peut-être parce qu’au lieu de diminuer, on augmente ? Peut-être aussi parce qu’il faut sans cesse recompter ses mailles sur la fin pour avoir le bon nombre et que bon bah, j’aime pas trop ça 😉

En tous cas, la partie mousse terminée, c’est franchement du gâteau et hyper rapide. J’ai mis 5 jours pour tomber la dentelle en pleine canicule, ce qui est franchement rapide pour moi. Une semaine après son lancement (et mon retour de vacances), il était terminé. J’ai pris un immense plaisir à tricoter cette dentelle pour la 3e fois. En revanche, je ne suis pas sûre que je recommanderais ce modèle à des débutant.e.s. Il y a quand même quelques petits points techniques, non insurmontables certes, mais qui peuvent bloquer dans le cadre d’une première expérience de tricot d’un châle.

Si la dentelle vous plait, commencez par le Cosmic Girl, à la construction plus simple à mon sens.

Laine

Comme je vous le disais plus haut, je voulais profiter de ce test patron pour effectuer un test laine qui était en suspens depuis de nombreux mois. En fin d’année dernière, Imogène de Big Bad Yarn m’a proposé de tester sa laine pour que j’en fasse un retour objectif, ce que j’ai accepté avec plaisir. Cependant, les premiers mois de l’année ont rimé avec début de grossesse et longue traversée du désert en matière de tricot. Tous mes projets végétaient et aucun « nouveau » projet ne me bottait. Je voulais attendre le bon pour tester la laine d’Imo. Quand Nadia a présenté son test, ce fut comme une évidence !

J’ai choisi la couleur (à partir du nuancier dispo sur son site), un sublime camel (ma couleur du moment) appelé « Journal d’un vieux dégueulasse », clin d’oeil à l’auteur américain Charles Bukowski (que je n’ai perso jamais lu). La couleur était tout à fait à la hauteur de ce que j’espérais : une belle robe tabac relativement unie avec parfois des reflets roux plus marqués, mais tout en restant tenus. Une merveille.

Imo m’a en revanche guidé pour le choix de la qualité. Par rapport à mon projet (qu’elle testait elle-même), elle m’a orienté vers sa qualité soft fingering. C’est un fil retordu qui est à mon sens un tout petit peu plus épais qu’une vraie fingering, tant son rendu est moelleux. Cela faisait un moment que je n’avais pas tricoté un shawl en autre chose que de la single (ou laine mèche). Je suis hyper attachée au duveteux et à la douceur de la single mais en revanche, j’avoue avoir été relativement déçue par sa rétractabilité. Malgré des blocages agressifs, mes châles en single finissent toujours par se rétracter au fil du temps et devenir plus petits que quand je l’ai bloqué, ce qui m’enrage ! Quant à la merino retordue pour les châles, j’hésite souvent à partir sur ce type de laine car je les trouve parfois trop sèches et pas forcément très sympa à tricoter.

Ce qui n’est pas du tout le cas ici.

C’était donc vraiment un bon conseil de la part d’Imo car cette laine donne du gonflant et du moelleux au shawl et permet surtout de mettre en valeur la dentelle. Elle était très agréable à tricoter. La laine est douce (bon évidemment moins qu’une laine avec du cachemire, hein), moelleuse et très confortable à porter autour du cou (je suis hyper sensible).

Bref, vous l’aurez compris : j’ai eu un vrai coup de coeur pour cette laine et j’ai très envie de la remettre très vite sur mes aiguilles !

Reste maintenant à choisir la couleur, ce qui sera le plus compliqué, tant les couleurs d’Imo sont belles belles belles. Bravo Imo pour ce beau boulot !

Mon retour sur le blocage avec les savons spéciaux pour la laine 

Cette réalisation a été l’occasion d’effecteur un 3e test ! J’ai profité du blocage de ce shawl pour utiliser un échantillon d’Eucalan, un savon spécial laine.

J’étais assez dubitative sur ces savons spéciaux pour laine car dans mon esprit, je les associais à des savons très chimiques que l’on trouve dans le commerce type Mir laine, enfin à tous ces produits spécifiques dont on n’a pas vraiment besoin et bourrés d’ingrédients chimiques. Depuis des années, pour bloquer mes tricots, j’utilise le shampoing quotidien ou des échantillons d’après-shampoing (pour tenter de vider mes placards de salle de bain remplis de ces petits bidons qui se reproduisent pendant la nuit). Et cela fait parfaitement l’affaire de mon côté ! Je ne voyais donc pas l’intérêt de réaliser les blocages de mes tricots avec ce type de produits « spéciaux ».

Avoir un échantillon m’a permis de tenter l’expérience et ne me faire ma propre opinion.

Et là encore, j’ai été ravie (oui, oui, cet article est donc définitivement total-positif-bisounours-sans-critique). Grâce aux retours que j’ai eus sur Instagram suite à mon post dédié à cette question (cf photo plus bas), je suis allée fouiner sur les internets pour voir ce qu’il en était vraiment. Et je me suis rendue compte que la compo de produits tel que Eucalan (enrichi en lanoline) ou celle de Soap, son « concurrent », était absolument impeccable et beaucoup moins chimique que les shampoings ou après-shampoing que j’utilise habituellement (qui sont eux plein de silicones, qui étouffent la laine et ne lui permettent d’exprimer toute sa beauté – merci à celle qui me l’a rappelé sur Instagram – et c’est d’ailleurs pour cette raison que je suis moi-même passée au shampoing solide depuis plusieurs mois déjà – hum hum).

On passe tellement de temps à tricoter de belles laines de qualité qu’en effet, ce serait dommage de ne pas en prendre le plus grand soin et de dédier à nos projets tricot un produit tout doux.

View this post on Instagram

🛁 BATH TIME 🛁 • Terminé hier soir devant l’épisode 6 de la saison 2 de West World (série quand même un poil trop chelou et cérébrale pour moi – les scénaristes doivent être potes avec ceux de Lost 🤣), mon #cosmicremixshawl part enfin au bain ! Il m’aura fallu juste une petite semaine sans tricoter comme une folle pour tomber la dentelle, la bordure et le rabattage. • Je teste à l’occasion de ce bain un savon spécial laine (échantillon reçu à l’occasion du #kniteat du mois de juin). Je dois reconnaître que de manière générale, je suis assez dubitative sur ces savons spéciaux pour laine. A mon sens, c’est un peu un truc dont on n’a pas vraiment besoin, surtout si tu essaies de ne pas multiplier les produits « faits-pour » dans une démarche globale de réduction des déchets et qu’il y a des alternatives parfaitement double emploi. Le shampoing quotidien (sauf s’il est solide 😬 – j’utilise celui de mon homme) ou un après-shampoing (un moyen de liquider la tonne d’échantillons que tu-ne-sais-pas-comment-elle-s’est-retrouvée-dans-tes placards) font parfaitement l’affaire de mon côté depuis des années. Mais peut-être que je me trompe ? Je vous ferais un retour ! En tout cas, ça sent bon. • Et vous adeptes du savon spécial laine ou autre alternative pour bloquer vos tricots ? • Patron : #cosmicremixshawl de @ncl_knits #nclknits Laine : soft fingering coloris « Journal d’un vieux dégueulasse » de @imogene001 #bigbadyarn • #bientotsurleblog #tricot #blocage #blocagetricot #instaknit #knittersofinstagram

A post shared by 👩🏻‍🎨 Emilie (@blisswool_emilie) on

Dans les autres atouts de ces savons spéciaux :

  • il n’est pas nécessaire de rincer le tricot après trempage,
  • celui que j’ai utilisé est à l’huile essentielle de lavande et permet donc de lutter contre les mites (ce qui peut malheureusement arriver),
  • après séchage, la laine est douce et sent très bon,
  • on peut laver d’autres choses avec, notamment les vêtements fragiles en soie, la lingerie ou ceux de bébé.

Que des bons points en fait !

Ce test m’a fait complètement changé d’avis. Je vais donc jeter mes échantillons d’après-shampoing (je n’en ferais rien d’autre) et m’acheter un bidon d’Eucalan à la lavande (en plus, il paraît qu’il dure des siècles) pour bloquer mes tricots.


Recap 

Modèle : Cosmic Remix de NCL Knits disponible sur Ravelry à CHF 5. Tous les bénéfices du mois d’aout 2018 seront reversés au profit de l’Echeveau Solidaire.

Laine : soft fingering de Big Bad Yarn, coloris Journal d’un vieux dégueulasse, 164 g – 656 m utilisés pour ce projet

Aiguilles : 4 mm

La fiche Ravelry


Je vous laisse avec les (nombreuses) photos et vous dit à très vite pour parler… cuisine et batching !

Bises

Emilie

Article précédent Article suivant

Autres articles que vous pourriez aimer

3 Commentaires

  • Répondre Zéphine 23 août 2018 à 0 h 07 min

    Joli châle !
    Ne tricottant pas, je n’ai pas grand chose d’autre à dire si ce n’est NE JETTE PAS TES ÉCHANTILLONS DE SHAMPOING/AS !
    Donne les plutôt au centre d’accueil pour sdf/migrants/personne en difficulté le plus proche de chez toi, ils sont toujours à la recherche de produits d’hygiène!
    C’est ce que j’avais fait avec tout les miniflacons et autre échantillons amassé au cours des ans lorsque j’ai définitivement quitté la Belgique.

    • Répondre LouiseD 23 août 2018 à 11 h 30 min

      Hello, merci pour ton message !! OK OK OK ! Je crois que beaucoup d’entre eux sont malheureusement déjà entamés, donc plus donnables. Je vais refaire le tri et voir ce que je peux mettre de côté pour les centres d’accueil (un centre d’accueil de migrants devrait d’ailleurs ouvrir bientôt près de chez moi). Belle journée à toi !

      • Répondre Zéphine 23 août 2018 à 19 h 46 min

        Passes-leur un coup de fil avant de jeter les flacons entamés, chez moi ils les acceptaient quand même (c’est dire si ils en ont besoin !). Bon, évidemment si c’est trop vieux ou si ça a tourné : poubelle !

    Me laisser un petit mot

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.